L'aromathérapie

Puiser l'essence des plantes pour en faire des Huiles Essentielles
Découvrir mes prestationsMe contacter

L’aromathérapie est l’art et la science d’employer les huiles essentielles à des fins thérapeutiques pour la santé, le bien-être et la beauté. Les huiles essentielles sont des concentrés de la plante extraits par différentes méthodes mécaniques. L’essence de la plante, avant d’être transformée en huile essentielle, est nécessaire à la plante. L’essence est le résultat d’une alchimie complexe de photosynthèse et elle est utilisée par la plante pour sa survie, sa reproduction, sa nutrition, sa protection et sa communication. La cellule végétale est le siège de la biosynthèse des composés fondamentaux de la matière vivante que sont les protéines, les lipides, les sucres… Elle est capable de coordonner les multiples réactions enzymatiques conduisant à la production d’huiles essentielles. Certaines cellules prennent en charge ces biosynthèses et également le stockage des métabolites formés. Il s’agit là de tout un ensemble de réactions biochimiques participant à la vie des plantes : respiration, photosynthèse, etc. L’essence est l’âme de la plante et c’est ce liquide précieux et noble qui est contenu dans chaque flacon que vous achetez. 

L’aromathérapie, c’est quoi ?

Depuis la nuit des temps, différentes civilisations utilisaient déjà le pouvoir des plantes sous diverses formes de macération et ce n’est qu’au 10ème siècle que l’alchimiste perse Avicenne invente un alambic permettant de distiller les plantes par vapeur d’eau. La route des croisades transporte alors dans ses bagages de nombreuses inventions jusqu’aux alchimistes au cœur de l’Europe.

C’est bien plus tard en 1930, que le terme « aromathérapie » est né et prend toute sa dimension lors d’un incident malencontreux qui changera le destin des huiles essentielles principalement utilisées jusqu’alors comme simples arômes alimentaires. Le chimiste Gattefosse se brûle accidentellement la main lors de manipulations et soigne miraculeusement celle-ci en utilisant ce qu’il a sous la main : de l’huile essentielle de lavande. À partir de ce jour là, de multiples recherches sur les vertus thérapeutiques des huiles essentielles* se développent,  l’invention de l’appareil chromatographique à phase gazeuse pour étudier leur biochimie complexe voit le jour dans les années 60, et la diversité  d’extraction de plantes aromatiques se développe.

*NB : Les huiles essentielles sont des concentrations extrêmes de la plante ou de la super-phyto. Par exemple, l’huile essentielle de camomille romaine est 250 fois supérieure en concentration d’actifs que la tisane de plante sèche.

Les propriétés & les utilisations des huiles essentielles :

Quelles sont les propriétés majeures d’une huile essentielle ?

Les huiles essentielles sont majoritairement anti-infectieuses, antibactériennes, antiseptiques et antivirales. Elles sont souvent utilisées comme antibiotiques naturels efficaces comme par exemple les thyms thuyanol et linalol pouvant anéantir un staphylocoque en moins de 8 minutes. Leurs vertus antalgiques, cicatrisantes, hémostatiques, hormone-like voir même  digestives et circulatoires les rendent indispensables dans notre quotidien.

Employées en cosmétique naturelle, les huiles essentielles ont un fort pouvoir conservateur, une action sur la micro-circulation contre les petites rougeurs, des propriétés régénératrices cellulaires et régulatrice du sébum. Diluées dans une huile végétale, elles respectent parfaitement l’homéostasie cutanée. 

 

Que soigne t-on principalement avec les huiles essentielles ?

Les huiles essentielles agissent sur le terrain de l’individu en action préventive pour booster ou renforcer les défenses naturelles et aussi en action curative pour traiter des maux ou pathologies déjà diagnostiquées.

Il est possible de soulager presque tout avec les huiles essentielles, que ce soient des bobos du quotidien (coups et brûlures), des infections pulmonaires, ORL, des problèmes cutanés (psoriasis, dermatoses diverses) et même en traitement médical d’appoint pour des pathologies plus lourdes (en suivi médical). Chaque huile essentielle possède la particularité d’être versatile et de pouvoir traiter plusieurs maux en même temps (ex : l’HE de cannelle écorce a une action anti-infectieuse très puissante qui peut nous soulager d’un rhume persistant tout en combattant une fatigue physique et intellectuelle/ l’HE de menthe poivrée facilite la digestion et donne une haleine fraîche après un repas trop riche).

Autre que les vertus en lien avec la santé, les huiles essentielles sont également indispensables pour notre bien-être et elles nous aident à gérer nos émotions. Cette approche de l’aromathérapie s’appelle l’aromachologie.

Attention toutefois à bien respecter les conseils de votre médecin, pharmacien ou naturopathe avant tout usage. 

Comment utiliser les huiles essentielles ?

Les huiles essentielles s’utilisent toujours diluées dans une base ou un support neutre adapté et de façons diverses comme en inhalation, en massage, dans le bain, en compresses localisées, en vaporisation atmosphérique, par voie orale ou cutanée (dans des produits cosmétiques et d’hygiène maison).

Qui peut utiliser les huiles essentielles ?

Que vous soyez adolescents/étudiants pour traiter vos problèmes d’acné ou de mémorisation avant les examens, séniors pour soulager les douleurs rhumatismales et renforcer votre immunité afin de prévenir les maux de saison, sportifs pour vous préparer à l’effort mais aussi soulager les courbatures liée à l’activité physique, et même toute la famille pour les petits bobos quotidiens.

Peut-on utiliser une huile essentielle avec les enfants ?

Les huiles essentielles conviennent aux enfants à partir de 3 ans en général voir 6 ans pour certaines d’entre elles. Faute de pouvoir bénéficier et apprécier leurs vertus en toute sécurité, on privilégie alors les hydrolats et les eaux florales aux composés actifs plus doux et inoffensifs. On ajoute entre 1 à 3 bouchons selon l’âge de l’enfant dans son bain pour une action respiratoire (libérer et protéger les voies respiratoires) ou sédative avant le coucher. On utilise les huiles essentielles en dosage minimal en version atmosphérique et éloigné de l’enfant ou dans sa chambre lorsqu’il est absent.

Les  précautions d’emploi en aromathérapie

Bien que naturelles, pures, et issues du règne végétal, les huiles essentielles sont des produits à utiliser avec certaines précautions d’emploi. Actives et pas anodines, elles peuvent causer certains troubles lorsqu’elles sont mal employées. Il est conseillé de lire attentivement les recommandations ci-dessous, plus celles obligatoirement livrées dans le boîtage de votre huile essentielle et de suivre le conseil de votre pharmacien, médecin ou naturopathe.

  • N’administrez en aucun cas d’huile essentielle à un enfant de moins de 36 mois sans l’avis d’un médecin.
  • Ne laissez jamais les flacons d’huiles essentielles à la portée des enfants.
  • N’utilisez pas les huiles essentielles pendant la grossesse ou en cas d’allaitement sans avis médical. En effet, certaines huiles essentielles peuvent avoir un effet abortif ou coupe-lait.
  • Pratiquez toujours un test d’allergie avant d’utiliser une huile essentielle. Pour cela, appliquez une goutte d’huile essentielle (mélangée à une goutte d’huile végétale) dans le pli du coude. S’il n’y a aucune réaction au bout de 24 heures, vous pourrez utiliser cette huile essentielle.
  • N’utilisez pas d’huiles essentielles en diffusion atmosphérique si vous souffrez d’asthme ou d’insuffisance respiratoire.
  • Consultez votre médecin en  cas de maladies graves ou en cas de prise prolongée.
  • Demandez conseil à votre pharmacien ou à votre médecin généraliste en cas de prise de médicaments.
  • Evitez toute exposition au soleil et aux UV dans les heures qui suivent l’application d’une huile essentielle photo-sensibilisante (citron jaune, citron vert, orange, mandarine, bergamote).
  • N’appliquez pas d’huile essentielle pure ou diluée sur les yeux, les muqueuses auriculaires, nasales et ano-génitales.
  • N’injectez pas d’huile essentielle par voie intraveineuse ou musculaire.
  • Evitez d’utiliser les huiles essentielles pures dans le bain. N’étant pas hydrosolubles (miscibles avec l’eau), elles flottent à la surface de l’eau et risquent de provoquer des irritations ou des brûlures cutanées. Pensez à toujours les diluer dans du solubol (4 gouttes pour 1 goutte d’huile essentielle) ou tout simplement dans un peu de lait de vache ou de lait végétal (amande, riz, noisette…).
  • Les huiles dermo-caustiques (cannelle, basilic exotique, menthe poivrée, clou de girofle, niaouli, thyms, pin, marjolaine, sarriette, eucalyptus, lemongrass) doivent toujours être diluées au préalable avec des huiles végétales pour toute application cutanée. Respectez bien les préconisations de dilution qui sont indiquées sur les fiches techniques du fournisseur.

Hydrolat & Huile essentielle… Quelle différence? 

L’hydrolat et l’eau florale ont une appellation différente mais le produit est le même. La différentiation se faisant selon la partie de la plante utilisée pour la distillation : l’hydrolat est issu des parties de plantes diverses comme la feuille, l’écorce, la racine, les sommités fleuries, les baies ou les semences, alors que l’eau florale provient uniquement de fleurs comme pour le bleuet, la fleur d’oranger, la rose, ou l’hamamélis.

À la fin de la distillation, la vapeur d’eau condense, chargée de molécules aromatiques et d’huile essentielle. Elle est ensuite récupérée dès la sortie de l’alambic dans le décanteur où l’huile essentielle de par sa faible densité « flotte » sur l’hydrolat (comme des gouttelettes d’huile sur l’eau). C’est pourquoi l’huile essentielle est appelée ainsi et non parce qu’elle a une texture « huileuse ». Lorsque la distillation est terminée, l’hydrolat et l’huile essentielle sont séparés et celle-ci est laissée plusieurs semaines au repos afin que ses molécules aromatiques se reconstituent.

L’hydrolat et l’eau florale possèdent moins de molécules aromatiques actives que l’huile essentielle ce qui les rend plus doux et  adaptés à une utilisation par voie orale et pour soigner les enfants. Par contre, c’est une matière aromatique qui a une fragilité bactériologique et qui doit être conservée à l’abri de la lumière, de l’oxygène, dans un endroit sec et frais (en bas du réfrigérateur) et utilisée très rapidement (1 mois de conservation maximum si non conservé).

*Son nom vient  d’ »hydro » qui signifie  « eau » et « lat » qui rappelle le lait car l’hydrolat peut être trouble après la distillation.

Comment une huile essentielle est-elle extraite de la plante ?

Une huile essentielle est présente dans des parties spécifiques à chaque plante. L’essence des agrumes est extraite des zestes.  Les huiles essentielles boisées comme pour le santal ou le cèdre Atlas est extraite de l’écorce. Celle de certains épices comme la cannelle est extraite de l’écorce également mais ce n’est pas le cas pour le cumin ou la cardamome lesquelles sont extraites des graines ou fruits.  L’huile essentielle d’eucalyptus est contenue dans la feuille et celle balsamique du sapin par exemple dans branches et les cônes. La lavande si appréciée en aromathérapie contient son huile essentielle dans ses sommités fleuries. 

L’ essence (appellation de l’huile essentielle à l’état naturel au sein de la plante) est extraite par différentes méthodes mécaniques. 

 Les différentes méthodes d’extraction d’une huile essentielle

  •  la distillation par vapeur d’eau qui est la plus répandue et utilisée.
  • l’expression à froid pour extraire l’essence du zeste des agrumes.
  • l’enfleurage pour les fleurs délicates et fragiles dont les pétales sont baignés dans une graisse végétale afin que celle-ci s’imprègne de l’essence aromatique. Ensuite, cette graisse aromatique est filtrée puis l’essence est séparée avec un alcool. Le résultat est appelé « absolue » laquelle est prisée en parfumerie.
  • L’extraction au CO2 super critique est une extraction innovante par solvant utilisant le dioxyde de carbone à l’état super critique et qui évite ainsi toute dégradation thermique des principes actifs de la plante.

 

Comment distingue t-on une espèce botanique d’une autre ?

Il existe de nombreuses espèces botaniques différentes au sein même d’une plante comme par exemple les lavandes (lavande fine, lavande maillette, lavande aspic, lavande stoechade, lavandin Super, lavandin Abrial), les thyms (thym saturéoides, thym linalol, thym thymol, thym géraniol, entres autres), les  romarins, les sauges, les menthes, etc. On les distingue alors par leurs chémotypes (mentionnés sur l’étiquette de chaque flacon) ou carte d’identité biochimique révélés après une analyse chromatographique.

En cas d’urgence…

  • En cas de projection oculaire accidentelle 
    Essuyez l’œil avec un coton largement imbibé d’huile végétale pure ou répandre une ou plusieurs gouttes d’huile végétale sur le globe oculaire. Ne nettoyez pas à l’eau! Appelez ou allez consultez votre ophtalmologiste immédiatement.
  • En cas d’absorption involontaire d’une huile essentielle susceptible de causer problème
    Faites ingérer (et, si possible, faire vomir) de l’huile végétale pure (1 à 3 cuillères à soupe d’huile d’olive, de tournesol, etc). Ne faites jamais boire de l’eau.

Appelez le centre anti-poison n° de téléphone disponible sur  http://www.centres-antipoison.net/

 

Pin It on Pinterest

Share This